Scandale de pollution chez Volkswagen: ce n’est pas aux travailleurs de payer !

Download PDF

extraits du bulletin d’entreprise paraissant chez Audi Bruxelles

Il faut se préparer

VW-Audi, vont-ils faire payer les pertes occasionnées par le scandale de pollution aux travailleurs ? Bien entendu !

Déjà, dans les usines allemandes où sont fabriqués les moteurs en question, à Braunschweig et Salzgitter, la production a été ralentie et la direction a décrété l’arrêt des embauches. Les travailleurs sous CDD et intérimaires ne seront pas prolongés.

Les participations aux bénéfices des travailleurs risquent d’être réduites à peau de chagrin. Mais ces primes ont remplacé une partie du salaire. Ce n’est pas aux travailleurs de faire les frais des mensonges des dirigeants, les primes doivent redevenir du salaire !

Il faut que les actionnaires du groupe trouvent les travailleurs déterminés à ne pas se laisser faire sur leur chemin. Ils ont accumulé des milliards au fil des années. A eux de payer pour leur politique irresponsable, pas aux travailleurs !

Ne pas croire les boniments des directeurs

Est-ce que Winterkorn va partir avec une pension de près de 28 millions d’euros plus un parachute doré de 30 millions ? Vu le souci d’image de VW, ce seront peut-être quelques millions au moins, mais des millions quand même.

Le PDG de Volkswagen au salaire annuel de 15 millions d’euros, aujourd’hui tombé en disgrâce, ne cessait pas de dire que les dirigeants d’une entreprise doivent donner l’exemple. C’était pour tromper les travailleurs en leur faisant croire qu’on est dans le même bateau.

Mais dans le bateau, il y en a qui rament en fond de cale et les autres qui se la coulent douce au soleil… jusqu’à ce que l’on rencontre un écueil.

N’acceptons pas de faire les frais des avaries.

Pollueurs unis

Aux Etats-Unis, VW fait appel aux avocats qui ont défendu BP dans l’affaire de pollution de Deepwater Horizon. De tels avocats peuvent vite coûter 400-600 euros par heure. L’Etat ne paye pas autant à ses propres juges et procureurs. Pas difficile de deviner qui aura les procéduriers les plus rusés…

Porsche-Piëch

La famille Porsche-Piëch a profité de la baisse des actions pour en racheter. La famille augmente ainsi encore son emprise sur le groupe nationalisé après la guerre pour cause d’un lien trop étroit de l’ingénieur Porsche avec le régime nazi et l’utilisation de travailleurs forcés.

Comme quoi, un capitaliste qui réussit c’est un capitaliste capable de faire des affaires dans toutes les circonstances…

Cela montre une fois de plus que ce sont les travailleurs eux-mêmes qui devraient diriger les entreprises et produire en fonction des besoins des populations.

Environnement ou emploi, il faudrait choisir ?

Le ministre de l’emploi Peeters a mis en garde les régions qui envisageraient des plaintes contre VW, et a rappelé que la marque serait bonne pour quelques 6 000 emplois en Belgique. Alors, au nom de l’emploi, il faudrait accepter que des centaines de milliers de personnes voient leur santé détériorée par la pollution ?

Il est vrai que le chômage est un fléau. On ne le combattra pas en acceptant tout, mais en s’organisant pour empêcher les capitalistes de licencier… ET de polluer.

La technique au service du profit… ou de l’humanité ?

Tous les jours, on nous parle du réchauffement climatique, des effets de la pollution des voitures sur notre santé. Pour le gouvernement, cela a été le prétexte de taxer plus les voitures diesel. Mais Volkswagen (et ce n’est pas le seul) qui dispose des technologies de pointe, d’ingénieurs et d’informaticiens de haut vol, les fait développer un système pour… contourner les tests de pollution !

Pour résoudre les problèmes de l’humanité, il faut que les connaissances et technologies soient sous le contrôle et au service de la population et non plus entre les mains de quelques actionnaires qui ne pensent qu’à leur profit. Il faut exproprier les capitalistes !

Chantage à l’emploi odieux

Les trois régions belges proposent à Audi un paquet de 100 millions d’euros, si le constructeur maintient la production dans l’usine de Forest.

D’après les porte-parole politiques, ce serait pour « compenser le handicap salarial » avec les sites de production en Hongrie ou en Espagne. A ce titre-là, les grands groupes peuvent faire le tour des gouvernements du monde pour récolter des cadeaux. Et plus ils menacent de licencier, plus ils en reçoivent.

Il faut arrêter ce jeu pervers, il ne vaut aux travailleurs que baisses des salaires et soumission. Les entreprises ont l’argent pour maintenir tous les emplois et augmenter les salaires !

Transparence sauce capitaliste

Le groupe VW multiplie les déclarations disant qu’il fera toute la lumière sur l’affaire des moteurs trafiqués. Et pour s’assurer que tout le monde a reçu le message, la direction du groupe fait pression sur tous les journaux qui lui sont liés par un contrat de publicité pour qu’ils ne publient aucun article pouvant « nuire aux intérêts de VW ».

A défaut d’être transparent, c’est limpide!