En finir avec les bonimenteurs professionnels

image_pdfimage_print

Dans une interview au journal L’Echo, Elio Di Rupo déclare vouloir « la fin du capitalisme sauvage » et l’arrêt de la course au profit maximum ! Belles paroles d’un dirigeant de parti dans l’opposition ! Paroles qui ne coûtent rien…

Dommage qu’il ait mené une politique contraire lorsqu’il était à la tête du gouvernement en 2011-2014 ! Dommage que le PS défende le capitalisme dans son programme et à tous les niveaux de pouvoir auquel il peut participer…

Un capitalisme dont le moteur ne serait pas la course au profit maximum n’a jamais existé et il ne peut pas exister. Sauf dans la bouche des bonimenteurs professionnels.

Le capitalisme est en fin de course. La crise climatique, la gestion désorganisée face à la pandémie du Covid-19, et la crise économique qui s’étend, en sont les manifestations les plus visibles.

Il faut balayer le capitalisme et le remplacer par une société débarrassée de la propriété privée des capitaux et de la notion de profit, il n’y a pas d’autre solution. Il faudra une révolution ouvrière pour cela.