Le ras-le-bol des travailleurs de Colruyt

image_pdfimage_print

Le mécontentement gronde parmi les travailleurs du groupe Colruyt qui attendent une amélioration de leurs conditions de travail et des salaires promis par un accord social.

En effet, durant le confinement, Colruyt a fait de belles affaires. Ses ventes ont augmenté, et le bénéfice a grimpé de 13%. Mais cet argent a été utilisé par le groupe pour racheter ses propres actions et ainsi accroître le dividende versé à moins d’actionnaires, en premier la famille Colruyt, déjà multimilliardaire.

Et à la place de ce qu’ils attendaient, les travailleurs du groupe ont eu droit à un serrage de vis, notamment avec l’obligation du port du masque sous peine de sanction. Deux magasins, à Chênée et Verviers, ont débrayé à cette annonce. La direction temporise, mais il faudra des grèves importantes pour toucher les actionnaires au portefeuille pour obtenir satisfaction.