1

Se souvenir du socialisme

Lors des débats sur le budget à la Chambre, les députés N-VA ont, comme à leur habitude, chargé les partis socialistes, responsables selon eux de tous les maux. La députée N-VA Sarah Smeyers a même parlé du socialisme comme d’une « maladie qui dure depuis 200 ans ».

En réalité, au-delà du PS et du SP.a, toujours prêts à satisfaire les patrons et qui ont même réalisé la réforme de l’État souhaitée par le patronat, ce sont les travailleurs qui sont visés. Les travailleurs qui n’acceptent pas les bas salaires, les pensions de misère, les conditions de travail inhumaines imposées par la classe capitaliste… et pire encore, les travailleurs qui osent remettre en question ce système injuste, inefficace et nuisible à l’humanité.

Car c’était cela, la perspective des socialistes à l’époque invoquée par la députée. Une perspective à laquelle les Di Rupo et consorts ont tourné le dos depuis longtemps, mais qui revient à l’ordre du jour avec la crise et fait toujours peur aux serviteurs patronaux !




On signale la présence de pickpockets dans la gare

Ces prochains jours, dans les gares francophones, vous risquez de rencontrer des personnes qui vous promettent de gagner jusqu’à 120 € par mois en payant moins d’impôts, de nouveaux emplois… et d’autres fortunes mirobolantes.

Attention à l’arnaque : beaucoup de leurs victimes se retrouvent aujourd’hui privés de leurs allocations de chômage ou obligés de travailler jusqu’à 62 ans.

Vous les reconnaîtrez à leurs accessoires rouges, décorés du sigle PS.




Marcourt au service des patrons…

Le ministre wallon de l’économie, Jean-Claude Marcourt a déclaré dans une interview au journal l’Echo « Nous n’avons jamais refusé une aide à une entreprise pour des questions budgétaires » et « le politique est là pour répondre aux besoins des entreprises ».

Et en effet, les aides wallonnes aux entreprises représentent un budget annuel de 190 millions d’euros. Tandis que les coupes budgétaires sont pour les emplois publics et les services à la population !

…et « socialiste »

Dans la même interview, Marcourt dit qu’il se sent « profondément socialiste car les socialistes sont ceux qui ont deux grandes valeurs : l’égalité et la solidarité ».

Mais quand les socialistes du 19ème siècle parlaient de solidarité, ils parlaient de solidarité ouvrière pour faire payer les patrons et pas de solidarité avec les patrons pour faire payer les ouvriers !