1

Ils sont responsables de ce qui va arriver !

La Région Wallonne est condamnée par la Commissaire européenne à la Concurrence à réclamer 211 millions € d’aides jugées illégales au groupe sidérurgiste Duferco. Ces aides, versées par des organismes créés exprès pour cela par le gouvernement wallon, ont arrosés les actionnaires du groupe durant des années, et aussi un certain nombre d’homme politiques et de hauts fonctionnaires. Les travailleurs ont été pressurés, leurs salaires bloqués, soumis à des conditions de travail dangereuses, puis, quand le marché a cessé d’être profitable, ils ont été jeté par le patron avec la complicité des ministres wallons et des dirigeants syndicaux. Aujourd’hui, que reste-t-il ? Des terrains pollués, des halls livrés à la rouille et des jeunes sans travail. Certes, il est grotesque que l’Europe, dont la Banque centrale déverse chaque année près de 1 000 milliards € aux banques qui spéculent avec, s’érige en donneuse de leçon. Mais les travailleurs ne doivent pas se laisser prendre au piège : les uns comme les autres ne se préoccupent que de donner de l’argent aux patrons et actionnaires, ce qui entraîne la société vers la catastrophe




Affaire Kubla : derrière les corrompus, les corrupteurs !

L’ancien ministre wallon de l’économie, Serge Kubla (MR), a été inculpé pour corruption. Agissant comme intermédiaire pour le compte de Duferco, Kubla aurait remis un acompte de 20 000 € (sur 500 000) à l’épouse d’un ministre congolais, pour faciliter l’implantation du groupe au Congo.

Les révélations de la presse montrent que c’est en tant que ministre wallon de l’économie que Serge Kubla a commencé à se mettre au service de Duferco. Notamment en utilisant la Sogepa pour créer une filiale offshore, la FSIH, pour financer le groupe italo-suisse à l’insu de la Commission européenne.

Après avoir utilisé le gouvernement wallon au profit des entreprises sidérurgiques du Hainaut durant 13 ans, Duferco peut à présent faire des affaires au Congo.

Les capitalistes se comportent de la même manière en Belgique que dans son ancienne colonie : ils achètent les ministres.