Carburants : notre portefeuille, « victime collatérale » des sanctions économiques

image_pdfimage_print

Le prix des carburants, diesel ou essence, dépasse régulièrement les 2€ le litre, et pour de plus en plus de travailleurs, faire le plein implique des sacrifices sur des dépenses essentielles. 

À chaque annonce d’une augmentation des prix à la pompe, un ministre apparaît sur les plateaux télé pour annoncer « un coup de pouce », comme dernièrement des subsides aux entreprises pour qu’elles augmentent le remboursement des frais kilométriques professionnels à 0,37 centimes le litre. Mais, outre le fait que rien n’oblige les entreprises à appliquer cette mesure, elle ne résout rien pour ceux qui ont déjà du mal à payer les frais de déplacement jusqu’à leur lieu de travail. 

Les spéculateurs entretiennent cette flambée des prix en prenant prétexte des pénuries de pétrole à venir suite aux sanctions des gouvernements occidentaux vis-à-vis du pétrole russe.