Quand la police fait grève…

image_pdfimage_print

En bloquant la circulation aux entrées des aéroports de Charleroi et de Zaventem, en manifestant sur la petite ceinture de Bruxelles et provoquant des embouteillages monstres, les policiers revendiquaient de meilleurs salaires et conditions de travail.

Au-delà de tâches utiles à la population, comme les secours, ils sont surtout chargés de défendre l’ordre bourgeois, de défendre les intérêts des capitalistes contre tout le reste de la société. Quelquefois en s’en prenant à la délinquance en col blanc, mais surtout en défendant la propriété contre les petits voleurs au chômage, contre les travailleurs qui font grève et bloquent leur entreprise ou une autoroute. 

Policier c’est souvent un sale boulot et pas très bien payé ! Les policiers de base sont issus de familles populaires, et se retrouvent avec des problèmes semblables aux autres travailleurs, car la bourgeoisie n’a pas plus de reconnaissance envers ceux qui protègent ses profits que vis-à-vis de ceux qui les créent !

Il faut espérer qu’un certain nombre de policiers se rendent compte à ces occasions de quel camp ils font partie. D’autant plus que la société capitaliste s’enfonçant dans la crise, les gouvernements vont exiger d’eux des pressions et répressions de plus en plus brutales contre la population.

Travailleurs d’usines, des magasins et des bureaux et travailleurs sous l’uniforme policier ont en fait les mêmes intérêts à se débarrasser de cette société où les seuls qui en profitent, sont une infime minorité de milliardaires qui conduisent tout le monde dans le mur.