Qui peut faire payer Engie ?

image_pdfimage_print

Engie, à travers sa filiale Electrabel, exploite des centrales à gaz très subventionnées par l’Etat, et aussi les centrales nucléaires belges. Le groupe réalise ainsi un joli profit, car le gros des investissements, et notamment la construction des centrales, a été financé par l’Etat, c’est-à-dire la population. Engie se contente d’engranger les profits.

Comme ce vol est vraiment trop visible et le financement du démantèlement des centrales nucléaires n’est pas anticipé, les gouvernements successifs ont négocié une « rente nucléaire » pour faire participer Engie.

Pour Tihange 1, Engie est censé rétroverser 70% de sa marge à l’Etat. Une taxe jamais payée, car la multinationale Engie a toujours su magouiller pour déclarer un déficit pour Tihange… Alors que le groupe réalise des profits faramineux : 2,7 milliards en 2019, 1,7 milliards en 2020, et pour 2021, il attend un profit de 2,3 milliards.

Lorsque fut décidée la prolongation de Doel 1 et 2, entre-temps remise en cause, une taxe forfaitaire de 20 millions d’euros par an fut convenue. Une somme ridicule dont rien ne prouve qu’elle ait été payée.

Une convention derrière laquelle se retranche la ministre de l’Energie, Tinne Van der Straeten (Groen), pour affirmer que faire participer Engie pour maintenir les factures d’énergie des ménages à un niveau supportable, est malheureusement impossible.

Engie peut donc continuer à distribuer 75% des profits à ses actionnaires, plutôt que de participer aux frais à venir.

Aucun ministre n’a la volonté, ni sans doute le pouvoir, de faire payer Engie. Par contre, une mobilisation large et déterminée des travailleurs a la force, non seulement de faire payer Engie, mais de l’exproprier ! Car laisser l’énergie, et en particulier les centrales nucléaires, entre les mains d’une poignée de parasites qui ne pensent qu’à leur profit, est de plus en plus dangereux !