Energie : les fournisseurs passent, le capitalisme reste

image_pdfimage_print

De nombreux fournisseurs d’énergie, aux abois, se démènent pour reporter au plus vite l’augmentation des prix sur leurs clients. Lampiris, Mega, Octa+ et Cociter ne proposent plus de contrats fixes et poussent leurs abonnés à accepter des contrats à taux variables qui facilitent la répercussion des prix du marché sur les consommateurs. Méga n’attend même pas la fin des contrats fixe et augmente les provisions prélevées à ses clients sous prétexte « de lisser la hausse » de la facture.

Il ne s’agit que de tentatives désespérées pour éviter la faillite de la part de firmes qui n’ont jamais produit un seul électron. Elles ont été créées par la soi-disant “libéralisation” du secteur dans le seul but de développer un marché de l’énergie sur lequel les traders au service de la finance prélèvent leur part au détriment des consommateurs.