1

Fortis : suppression d’emplois et allongement de la durée du travail

La direction de la banque annonce 2 500 suppressions d’emplois sur
3 ans, tout en exigeant un allongement d’une heure de la semaine de travail…
sans augmentation de salaire. Les 3 organisations syndicales ont préféré signer
ce recul et ces suppressions d’emplois soi-disant « pour éviter le
pire ».

La banque n’est pourtant pas sur la paille : fin 2018, elle a versé 1,9
milliard € de dividendes à ses actionnaires, soit l’équivalent du bénéfice
annuel mondial du groupe BNP Paribas Fortis en 2017 ! Fortis a bien sûr les
moyens de maintenir ces emplois, mais il faut un rapport de force pour l’y
contraindre.