Grève du personnel de Fedasil

image_pdfimage_print

Mardi, 23 juin, le personnel de Fedasil dans les centres d’accueil pour demandeurs d’asile en Wallonie, Bruxelles et en Flandre a été en grève.

Avec leur mouvement très suivi, les grévistes dénoncent les économies que le gouvernement leur impose. Le budget de Fedasil sera diminué de 16,4 millions d’euros en 2015, et d’autres réductions suivent en 2016. Dans l’immédiat, 1 212 places d’accueil seraient supprimées, 845 transformées en « places tampon ».

La réduction du budget sert de prétexte aussi à la privatisation de certaines tâches, comme la préparation des repas qui sera sous-traité à une firme privée dans le genre de Sodexho. Une partie du personnel d’encadrement sera remplacé par des vigiles de sociétés de gardiennage. Cela ne signifie pas seulement des suppressions d’emploi, mais cela signifie aussi que ces centres sont sur le chemin de se transformer de refuges en prisons, et que c’est surtout avec le bâton de la répression que le gouvernement compte réagir contre la détresse des pauvres.

C’est une politique tout simplement criminelle face à la situation catastrophique de dizaines de milliers de personnes qui tentent désespérément d’échapper à la guerre, la misère et la barbarie que ce système capitaliste fait régner dans leurs pays. Elle illustre aussi que le mépris contre les migrants signifient du mépris et des attaques contre tous les travailleurs. Nous avons toutes les raisons de la refuser !