Retour de flamme

image_pdfimage_print

En Belgique, lors des perquisitions de jeudi dernier, la police a dû faire face à des malfrats équipés d’armes de guerre. Le même jour, la presse se réjouissait de l’augmentation de l’exportation d’armes de fabrication wallonne.

On se souvient notamment de celles livrées au dictateur Kadhafi, à l’époque où il était encore l’ami des puissances européennes et emprisonnait dans des conditions effroyables les réfugiés du continent africain dans des camps de rétention financés par l’Union européenne.

Les bombardements de 2011 auxquels l’armée belge a participé derrière la France ont fait le reste pour plonger ce vaste pays dans un chaos sans nom, déchiré entre différentes bandes, armées de ces mêmes armes, et qui ont rayonné au Mali et au Nigéria avec Boko Haram notamment.

Aucune des armes à feu qui ravagent les pays africains n’a été fabriquée là-bas. Toutes viennent des pays riches. Quelques-unes auraient-elles retrouvé leur chemin vers la Belgique ?