La priorité est la santé… des profits

Avec près de 1000 lits occupés aux soins intensifs, les hôpitaux sont saturés, le personnel chargé plus qu’à la limite. Selon les directions des hôpitaux, il n’est pas possible d’ouvrir des lits supplémentaires, car il manque de personnel formé. La 3ème vague est pourtant loin d’être une surprise !

En un an le gouvernement aurait pu mettre en place les moyens pour former rapidement toutes les bonnes volontés. Un an pour augmenter les salaires, payer correctement les stagiaires qui se sont retrouvés brutalement en première ligne.

Mais les milliards d’argent public ont disparu dans des marchés publics arrosant les actionnaires des firmes pharmaceutiques, des banques et d’autres margoulins vendeurs de masques.

Dans les hôpitaux, comme dans toutes les entreprises et tous les services publics, les capitalistes parient sur les travailleuses et les travailleurs pour que ça tienne quand même, malgré l’épuisement.

Les travailleurs font tout, c’est eux qui se montrent responsables jour après jour. Finalement ça devrait être à eux de décider du fonctionnement de l’économie et de toute la société !




Vaccins : coûteuses piqûres

Le prix de la dose de vaccin Pfizer en Europe devrait augmenter de 15,5 euros à 19,5 euros pour les futures commandes. En Israël, il a déjà été facturé 22,7 euros. Et les prix pourraient encore augmenter par la suite, avec à la clé des milliards d’euros de bénéfices.

Les gouvernements à plat ventre devant les intérêts capitalistes paient la facture, mais en réalité ce sont les impôts de la population qui la règlent. La voracité des actionnaires de l’industrie pharmaceutique est sans limite.




Deux poids deux mesures

Alors que la pauvreté a fortement augmenté avec la pandémie de Covid, l’accès aux services sociaux est de plus en plus difficile. 

La fermeture des bureaux et les demandes qui doivent être introduites par téléphone ou par mail font que de plus en plus de personnes ne reçoivent plus les aides sociales à laquelle elles ont droit. Il faut parfois attendre des heures au téléphone, envoyer des mails qui restent sans réponse, trouver les informations sur internet… autant de démarches qui ne sont pas accessibles à tout le monde ! Alors beaucoup abandonnent.

Le secteur de la santé mentale demande qu’on mette d’urgence les moyens humains pour résoudre ce problème. 

Les grandes entreprises ne connaissent pas ces obstacles : les gouvernements leur offrent des milliards d’euros de subsides ! Sans même besoin d’un coup de fil !