Manifestations contre les mesures sanitaires

image_pdfimage_print

Dimanche 5 décembre, des milliers de manifestants ont, pour la deuxième fois, protesté contre le passe sanitaire, l’obligation vaccinale et la nouvelle mesure qui oblige le port du masque pour les enfants de plus de 6 ans. En première ligne de la manifestation, pompiers et soignants dénoncent l’obligation vaccinale avec menace de licenciement pour ces deux secteurs qui sont particulièrement touchés par une pénurie de personnel. Il y a de quoi se révolter contre cette nouvelle attaque contre les travailleurs ! Une infirmière non-vaccinée participant à la manifestation raconte que, si quelques membres du personnel soignant céderont sans doute à la pression et se feront vacciner, la plupart de ses collègues non-vaccinés, elle y compris, savent qu’ils ne céderont pas. Quand on sait que tous les lits en soins intensifs ne sont pas utilisés simplement par manque de personnel, ça fait réfléchir.

Outre les travailleurs des soins de santé, on retrouve une grande variété de manifestants. Certes, l’extrême droite est présente pour tenter, comme à son habitude, de surfer sur la colère. Mais la grande majorité des participants expriment simplement leur mécontentement ! Une jeune fille vaccinée raconte qu’elle n’est pas contre le vaccin mais contre l’obligation vaccinale et la multitude de mesures sanitaires à supporter : « On ne peut plus vivre ». Pour elle, les mesures sanitaires sont la goutte de trop mais c’est l’ensemble du système qu’il faudrait changer. Et en effet, en s’attaquant aux salaires, aux services publics et en tournant uniquement pour les profits, ce système capitaliste montre tous les jours à quel point il est incapable de répondre aux intérêts des travailleurs. Mais pour le changer, les travailleurs ne doivent pas se laisser diviser entre vaccinés et non-vaccinés, ni oublier qu’ils ont les mêmes intérêts face aux capitalistes !