Devenir la génération « chèques-travail » ?

image_pdfimage_print

Après les stages d’insertion à 200 euros par mois, la ministre de l’emploi, Monica De Coninck (SP.A), propose un système de « chèques travail » inspiré du système des titres service pour les jeunes non diplômés. Ce système permettrait aux patrons d’embaucher les jeunes sans diplôme moyennant ce chèque au prix de 10 € l’heure. Quant à la question de savoir si livrer les jeunes en chair à exploiter prête à l’emploi aux patrons, créera des emplois, le commentaire du représentant patronal a été clair: avec les 120 types de contrats aidés déjà existants, il ne voyait pas ce que celui-ci apporterait de plus…

En temps de crise, quand les patrons augmentent leurs profits en faisant faire le même travail par moins de travailleurs, ils n’embaucheront que lorsqu’ils y seront contraints par la lutte collective des travailleurs.