Deux poids, deux mesures

image_pdfimage_print

Le ministre des finances (N-VA) Van Overveldt a récemment trouvé un moyen d’économies fabuleux. Les demandeurs d’asile qui n’ont pas le droit de travailler n’ont pas de revenus, doivent cependant se déclarer à l’impôt. Et certains ont du coup droit à des versements (minimes), parce qu’ils peuvent déduire leurs enfants à charge, ce qui leur fait un impôt positif. En enlevant ces quelques centaines d’euros à ces familles qui ne pourront pas se défendre, Van Overveldt promet de faire des millions d’économies.

Van Overveldt n’a pas réagi avec la même détermination à l’annonce récente d’AB Inbev de déplacer son siège de société à Londres où les sociétés étrangères qui sont actionnaire d’un groupe ne doivent aucun impôt sur leurs dividendes. Pas de problème, ont dit Van Overveldt et le gouvernement, nous pouvons faire de même et voilà qu’ils s’apprêtent déjà à changer les règles.

En 2011, AB Inbev avait payé 0 euros d’impôts pour un bénéfice déclaré en Belgique de 18,5 milliards d’euros. L’entreprise bénéficie d’un accord spécial (ruling) avec le fisc qui exonère 90% de ses bénéfices de l’impôt. Là, ce sont des milliards d’euros dont le gouvernement fait cadeau chaque année aux actionnaires des grandes entreprises…